24/05/2014

BYOD-AVAN : libérer les projets ... un peu

              Le BYOD signifie "Bring your own device". En français, cela donne le AVAN "Apportez votre appareil numérique". Il consiste à demander aux élèves d'utiliser leur propre appareil numérique en milieu scolaire dans le but d’effectuer des économies et de palier également à certains problèmes techniques dus au passage maison-école (logiciels différents, formats de fichiers non compatibles avec les logiciels utilisés en milieu scolaire ...).

                 Je l'ai testé avec des 3°DP3h sur un projet de découverte des métiers du centre-ville de Toulouse.
Contexte : une sortie scolaire à Toulouse durant une journée entière ; le matin découverte d'Airbus et l'après-midi, le centre-ville de Toulouse.
L'après-midi dans un centre-ville était l'occasion de confronter les élèves de DP3h aux professionnels qu'ils côtoient sans jamais se poser de questions sur leur métier, leurs conditions de travail ... Nous voulions, avec l'enseignante responsable de l'option Découverte Professionnelle, que les élèves interviewent des personnes sur leur lieu de travail, en autonomie. Comme nous n'avions pas le matériel nécessaire, nous avons proposé aux élèves d'"apporter leur appareil numérique", c'est à dire leur téléphone portable pour enregistrer les voix et faire des photographies.
Si le BYOD a permis de libérer le projet de certaines contraintes, il l'a également compliqué.

Séquence :  5 séances de 1h30
Objectifs du projet :
  • être capable de s'engager physiquement dans un projet : entrer dans un lieu étranger, tendre un micro, photographier, s'adresser à quelqu'un qu'on ne connaît pas, se confronter à des refus)
  • être acteur du respect du droit à l'image (et à la voix) : être celui qui demande l'autorisation de prendre une photo et d'enregistrer la voix
  • savoir réaliser une interview audio et des prises de vue en autonomie : document de collecte sonore et visuel
  • découvrir qu'un outil personnel peut servir à autre chose qu'à son usage quotidien (BYOD / AVAN)
  • savoir établir une stratégie pour extraire les photos et sons de son téléphone portable : câble USB, bluetooth, MMS, mail, via son ordinateur-clé USB
  • apprendre à utiliser un logiciel de montage audiovisuel en utilisant son intuition : Movie Maker

Séance 1 : Repérage au CDI (le collège est à 1h de Toulouse. Les élèves ne connaissent pas Toulouse par cœur)
Les élèves (par groupe de travail) utilisent google Maps et google Street View pour repérer les deux rues proposées (rue St Rome et Rue Alsace Lorraine) ainsi que les commerces, enseignes ...présents dans les rues. Google Maps indique les enseignes.
Les élèves sélectionnent au moins 3 adresses afin de palier à un éventuel refus.
Ils préparent les questions à poser aux professionnels qu'ils vont rencontrer.

Séance 2 : Prises de sons et prises de vues lors de la visite de Toulouse
En autonomie, les élèves se rendent aux enseignes sélectionnées précédemment pour effectuer une interview d'un/une salarié(e) et prendre des photos de l'endroit. Tout ceci se fait dans le respect du droit à l'image (et de la voix) car les élèves demandent aux personnes l'autorisation écrite (prévue sur papier) d'enregistrer la voix et de prendre des photos dans l'objectif éventuel de publier leurs productions sur le Web.
Les interviews et photos se font via leur appareil mobile (BYOD-AVAN).
Dans le bus : récupération des photos et sons sur mon propre smartphone via bluetooth ou mail ou MMS.

Séance 3, 4 et 5  : dérushage 30'
Les élèves écoutent leurs sons, regardent leurs photos et sélectionnent uniquement ce dont ils auront besoin au moment du montage. Leurs enregistrements ont été placés dans un atelier du réseau pédagogique auquel ils ont accès.
et montage (3h)
Utilisation du logiciel portable Movie Maker : il s'installe sans avoir besoin des droits administrateur réseau. Il suffit de l'installer (seul, sans aucun mot de passe) via un atelier du réseau pédagogique et tous les élèves de cet atelier peuvent ensuite l'utiliser de n'importe quel poste du collège.
Les élèves effectuent le montage sons et images en autonomie, après une (très) courte présentation du fonctionnement du logiciel. Les élèves doivent essayer de "bidouiller", "triturer" ... pour l'utiliser. En résumé, ils doivent utiliser leur intuition. (Conseil donné par André Tricot lors d'une formation "favoriser les apprentissages des élèves" extrêmement enrichissante)
D'eux-mêmes, ils ont eu l'idée d'aller chercher des musiques (Créative Commons, idée soufflée par moi-même) pour le générique de début et de fin de leur production audiovisuelle.

Séance 6 :  projection
On projette les films pour les noter.
L'évaluation  porte sur :
  • Leur production est enregistrée dans un dossier commun (Atelier) et non pas dans un autre dossier
  • Les images et les sons sont de qualité suffisante pour comprendre
  • La production est intéressante et rythmée
  • Il y a une musique CC avec sa source référencée
  • Il y a un générique de début et de fin
  • Les interviews permettent de présenter les métiers de façon complète (présentation, formation, carrière)


 Compétences info-documentaires :
  • rechercher des informations via Google Maps et Street View
  • document de collecte : collecter des informations "diffusée en temps réelle" sonores et visuelles
  • sélectionner les informations intéressantes (dérushage)
  • organiser les informations (montage images et sons)
  • référencer les sources (source de la musique CC, source de l'information diffusée soit les élèves eux-mêmes indiquées dans le générique)
  • créer une production audio-visuelle répondant à une consigne donnée

Bilan ?
Le projet les a motivés. Les élèves se sont physiquement investis puisqu'ils sont entrés dans les magasins / pharmacie / bijouterie ... et ont interviewé des gens qu'ils ne connaissaient pas.
Les élèves ont organisé les photos lors du montage mais n'ont pas réellement organisé les informations sonores, gardant la linéarité des propos enregistrés.
Je souhaitais créer une chaîne Youtube pour y publier les productions des élèves. Je ne l'ai pas fait car la qualité image-son n'est pas suffisante à mon sens pour mettre en valeur le travail des élèves.

BYOD : les élèves ne savent pas se servirent de leur appareil: ils savent enregistrer du son, prendre des photos mais ne savent pas les exporter vers un autre appareil.
Les sons enregistrés par les smartphones et Ipads nécessitent d'être convertis pour être montés via le logiciel Movie Maker (online convert) car les formats des sons et photos sont différents de ceux utilisés habituellement par les logiciels sur pc.
La qualité image et son est médiocre : le micro du téléphone portable est omnidirectionnel et prend tous les sons environnants. Les élèves sont à ... 2 mètres des gens qu'ils interviewent et certaines voix ont paru lointaines. Quant aux photos ... elles sont d'assez bonne qualité pour montrer mais pas plus. Elles sont nettes sur le petit écran du smartphone-Ipad mais floues dès qu'on passe sur un grand écran d'ordinateur.

Ainsi, le BYOD (dans ce projet) se heurte à ce à quoi il est censé palier :
  • problème des formats de fichier incompatibles avec les logiciels du collège, 
  • mauvaise qualité des sons et images pour une utilisation autre que le divertissement
  • utilisation d'outils technologiques qu'ils ne maîtrisent pas (je maîtrise mieux qu'eux !) 
  • fracture sociale des élèves mise en évidence : il y a ceux qui ont le dernier Ipad ou smartphone, la mini caméra pour sport extrême à plusieurs centaines d'euros (dont les vidéos sont inexploitables car les fichiers sont trop lourds pour être convertis en ligne, et les photos en grand angle sont affreuses avec une distorsion de l'image) ... et il y a ceux qui ont les téléphones portables plus classiques et dont les sons et photos sont de très mauvaises qualité.
Pour aller plus loin avec le BYOD - AVAN
Document de collecte : Quand la lecture devient écriture  de Marion Carbillet

13/04/2014

Transformer une production locale et éphémère en production médiatique et durable

             Il s'agit là d'un projet qui s'est étalé sur 2 mois (avec vacances de février comprises) réalisé avec la professeure de lettres et sa classe de 6°. Ce projet a permis aux élèves (binômes) de créer trois productions : une cartoline, un dialogue lu à voix haute, une chronique radio. Ces trois productions sont en fait quatre :
  • Deux productions locales et éphémères : cartolines pour une exposition au sein du collège, un dialogue lu à voix haute devant la classe
  • Une production médiatique éphémère : la chronique diffusée en radio (R d'Autan)
  • Une production médiatique durable : la chronique radio podcastée sur le Web
D'une cartoline (grande feuille cartonnée 50 x 70 cm), leur production s'est transformée en un dialogue lu à voix haute devant la classe puis en chronique radio qui sera diffusée à la radio R d'Autan, elle-même podcastée sur le Web. La production podcast/chronique a justifié le passage de la cartoline au dialogue lu à voix haute et d'assurer à celui-ci une pérennité sur le Web
La chronique radio et le podcast sont une seule et même production puisque le podcast est le fichier MP3 de la chronique radio publié sur le Web.


Objectifs EMI :
  • savoir rechercher des informations (textes, images) sur support papier et support numérique
  • savoir utiliser un traitement de texte, savoit mettre en page dans un objectif précis
  • savoir structurer l'information dans l'espace (cartoline)
  • savoir écrire pour lire à voix haute
  • savoir lire à voix haute pour la radio
  • savoir réinvestir des compétences médiatiques travaillées dans un autre cours
  • savoir prendre en compte le destinataire de l'information pour chaque production : le lecteur puis l'auditeur


Activité 1  : Recherche d'information
Création des groupes, distribution des sujets et du carnet de bord.
Les élèves effectuent leur recherche dans les sites Web et les ouvrages documentaires du CDI. Cette recherche s'effectue à la maison et au collège. Le résultat de la recherche est mis au propre sur traitement de texte avec ajouts d'illustrations. La mise en page doit être réfléchie pour faciliter la création d'une cartoline (police lisible). 

Activité 2 : Création de la cartoline.

Activité 3 : Création des dialogues avec questions
Les élèves doivent transformer les informations proposées sur la cartoline sous forme de dialogues. Les élèves doivent donc résumer certains paragraphes, en reformuler d'autres. La re-écriture prend en compte l'utilisation de phrases courtes afin de faciliter la compréhension des auditeurs. Elle permet également la distanciation de l'élève face à ses informations. Certains groupes se sont rendus compte qu'ils avaient en fait très peu de choses à dire, voire même des hors-sujets.

Activité 4 : Lecture des dialogues devant la classe avec présentation des cartolines.
Chaque binôme présente sa cartoline et lit son dialogue. Les élèves de la classe doivent noter les points importants à retenir et formuler une ou deux questions qui seront à poser aux autres élèves de 6° lorsque ceux-ci iront voir l'exposition des cartolines avec leur enseignant de lettres respectif.
L'évaluation porte sur les cartolines (présentation, contenu) ainsi que sur la prestation orale des élèves et la pertinence des informations communiquées.

Activité 5 : Enregistrement des dialogues pour la radio (deux heures)
La lecture doit être vivante pour ne pas ennuyer les auditeurs de la radio.
Création des éléments verbaux de l'habillage antenne. Cette partie est allée très vite car j'avais déjà fait la séance de l'habillage antenne avec cette classe pour le projet radio en EMI. ( les éléments verbaux : partie 1). La musique est CC.

Production finale : à écouter


Bilan ?

Les productions scolaires sont souvent éphémères. Au mieux, elles persistent l'année scolaire, au pire, le temps d'une semaine ou deux. La publication en ligne, quelle que soit sa forme (podcast, post de blog, page Web, diaporama en ligne, vidéos sur Youtube ...) assure (en plus de multiples compétences liées à la translittératie) une pérennité et une visibilité au travail des élèves. Souvent, nous leur demandons de fournir un effort conséquent sur un moyen ou long terme pour un résultat temporaire, la note, finalement, étant le véritable aboutissement du projet. 
Publier en ligne, ou faire publier en ligne les élèves, permet aux productions d'avoir une durée de vie plus longue que le temps passé à les créer. C'est également une mise en valeur du travail réalisé par les élèves, une preuve de leur engagement et une récompense qui va au-delà du temps et de l'espace scolaire. La production n'est plus locale mais médiatique (donc diffusée vers un large public), n'est plus éphémère mais durable.

29/03/2014

J'apprends à mes élèves à télécharger des musiques en ligne ... CC

Projet radio 6°, 2013-2014: séance sur l'habillage antenne (1h30)
Séance qui nécessite d'avoir un ordinateur par groupe de 2 élèves avec des casques.

            L'année dernière, j'avais réalisé cette séance (1h) en demandant aux élèves, en amont, d'amener des musiques afin de leur faire choisir celle qui sera utilisée pour le générique de début et de fin de chronique radio (afin de respecter les droits d'auteur, j'avais utilisé un très court extrait de la musique en me basant sur l'exception de citation). Chaque séance avait été l'occasion d'aborder à l'improviste les droits d'auteur à chaque fois qu'un élève me disait, sur un ton un peu provocateur, "on n'a qu'à télécharger sur Youtube...". Or, il se trouve que je propose une progression dans le cadre du CESC avec les droits d'auteur abordés en 6° à travers les images libres de droits. 
Cette année, j'associe donc le CESC à l’Éducation aux médias (projet radio) en leur faisant télécharger une musique Creative Commons sur le Web. Je pars de leurs pratiques (télécharger des musiques) pour les modifier en apprenant à respecter le droit d'auteur, à lire une licence d'utilisation et en leur proposant autre chose que Youtube comme source.

La séance se découpe donc en 4 parties :
1) analyse d'un générique de début d'une chronique radio et création des éléments verbaux pour leur générique
2) les droits d'auteur : quoi ? pourquoi ? pour qui ?  comment les respecter ? 
3) les licences Creative Commons
4) recherche et sélection d'une musique Créative Commons et vote. Téléchargement de la musique sur leur atelier du réseau pédagogique.

Objectifs  Éducation aux médias (Radio et Web):
  • savoir ce qu'est un habillage antenne radio
  • connaître les enjeux de l'habillage antenne pour la radio, le journaliste / animateur, les auditeurs
  • savoir créer un habillage antenne 
  • savoir ce qu'est une licence Creative Commons et savoir la lire
  • savoir télécharger légalement une musique en ligne
Objectifs CESC (comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté)
  • savoir ce que sont les droits d'auteur 
  • savoir comment respecter les droits d'auteur
  • savoir lire une licence d'utilisation


1) Analyse d'un générique et enregistrement des éléments verbaux (20')
La première partie de la séance reste inchangée (éléments verbaux, musique en lien avec la thématique de la chronique, les enjeux de l'habillage antenne pour la radio et les auditeurs). Celle-ci dure 20' à peu près.

Je leur fais écouter 2 podcasts d'habillage antenne, "jingle in" ou "jingle ouverture" ou "générique de début" ...
"allo la planète" sur le mouv'
"L'horoscope" sur Europe 1

1ère question : Quels sont les éléments verbaux communiqués ?

  • l'heure de diffusion de la chronique (quand)
  • le nom de la radio  (où)
  • le titre de la chronique  (quoi)
  • le nom du chroniqueur  (qui)
2ème question : Que peut-on dire sur la musique choisie ?
  • Il n'y a pas de voix
  • Elle est en lien avec la thématique de la chronique ("Allo la planète" = on entend des personnes qui parlent... / "horoscope" = musique douce, aérienne, bruits de vague ...)
3ème question : à quoi sert l'habillage antenne ?
  • à "habiller" la voix enregistrée de la chronique
  • à indiquer à l'auditeur la radio qu'il écoute et ce qu'il va écouter
  • à rendre "joli" (terme des élèves) pour que l'auditeur ne s'en aille pas
  • à donner envie à l'auditeur d'écouter la chronique
Mise en pratique :
On réfléchit ensemble aux éléments verbaux à enregistrer pour leur habillage antenne. Chaque groupe aura son habillage antenne propre.
  • heure de diffusion : ne connaissant pas à l'avance la grille des programmes de la radio, nous ne la disons pas.
  • nom de la radio : R d'Autan
  • titre de la chronique : chaque groupe choisit un titre, on vote si le choix est difficile.
  • le nom du chroniqueur : les 6°A du collège de ...
On enregistre les éléments verbaux :
Je demande un garçon et une fille volontaires.
Ils ont les éléments verbaux sous les yeux. J'enregistre un élève après l'autre en leur donnant le ton avant chaque élément verbal. Je leur fais répéter les mêmes mots en changeant de ton, d'intonation afin d'avoir plus de liberté ensuite lors du montage. Je leur demande aussi de sourire en parlant car le sourire s'entend et permet à la voix de gagner en rondeur et en agréabilité.


2)  Les droits d'auteur (15')
La transition entre ces deux parties est facile : quelle musique allons-nous  utiliser ? Pouvons-nous utiliser n'importe quelle musique ?
Je laisse répondre les élèves puis je leur explique que nous ne pouvons faire ce que nous voulons avec les musiques des autres. Vous pouvez prévoir 5 à 10' de discussion enflammée avec vos élèves sur les musiques mises en ligne via Youtube ... cela les passionne ... ou plutôt les questionne.

Je distribue la fiche-outil et demande aux élèves de la lire et de remplir les cases au crayon à papier s'ils le peuvent.
Puis, je leur demande de m'expliquer le schéma. Nous le lisons, expliquons et corrigeons ensemble.
Le mot "médias" est proposé facilement par les élèves.


3) Les licences Creative Commons (15')
Transition avec la partie précédente ;  afin de respecter les droits d'auteur, nous allons choisir une musique publiée en ligne avec une licence Creative Commons. Celle-ci permet à l'internaute de connaître ce que l'auteur de l’œuvre l'autorise à faire de son œuvre : l'utiliser, la modifier, la vendre ou la partager.
Lecture de la fiche outil. Les élèves la remplissent en autonomie à l'aide du site Web creativecommons . On corrige ensemble ensuite.


4) La musique de l'habillage antenne
Les élèves accèdent à un des trois sites proposés via le scoop.it "sons et effets sonores" : jamendo, soundcloud et auboutdufil. Soundcloud propose des musiques CC à condition de faire une recherche interne avec la requête "cc" ou" creative commons".
Ils écoutent les musiques, en sélectionne une après avoir vérifié la licence CC. Ils téléchargent leur musique (c'est également l'occasion de leur apprendre à télécharger une musique et le vocabulaire associé "download"). Les musiques sont enregistrées dans un atelier du réseau pédagogique créé pour la séance. 
Les élèves écoutent toutes les musiques enregistrées dans l'atelier et votent. Je vérifie au vidéoprojecteur que la musique élue est associée à la bonne licence.



Bilan ?

Cette séance est longue mais riche. Elle se déroule dans la bonne humeur sans parler d'interdiction, de morale, de dangers, de risques ... mots souvent associés à Internet. (je vous renvoie d'ailleurs à l'article de Marion Carbillet "comment parler d'Internet à nos adolescents" sur docpourdocs).
On ne peut les empêcher de faire,  il faut donc les accompagner dans leurs pratiques et leur montrer autrement. Il ne s'agit pas de leur interdire mais de leur apprendre. Il ne s'agit pas de les culpabiliser mais de les faire réfléchir, se questionner et comprendre.

On ne peut interdire toute sa vie à un enfant de monter des escaliers de peur qu'il ne tombe... alors on le lui apprend.


15/02/2014

Création de l'article écrit pour les chroniques radio : Pédagogie de projet et paliers

Projet radio 6°, 2013-2014, créer l'article écrit pour la chronique radio


              Voilà déjà un bon moment que certains élèves, en début de séance, me demande "c'est aujourd'hui qu'on parle dans le micro ?". Je crois que j'ai su les frustrer ...
Cette séance marque la première étape de la production radiophonique : la création de la matière première de la chronique : l'information à diffuser qui doit d'abord être sur support papier. La seconde étape sera l'enregistrement de leur voix.
En radio, zéro improvisation !

Au début du début 
Les élèves se mettent par binôme puis choisissent leur sujet. 
Deux changements par rapport à l'année dernière ; 
  • pas de binôme en fonction des niveaux de besoin (le collège fait des groupes de besoin en 6° en français et mathématiques. J'avais fait les binômes et proposé des sujets en fonction de ces groupes afin que la tâche proposée soit accessible à tous les élèves, quelles que soient leurs difficultés). Une formation avec André Tricot m'a confortée dans ce choix. Celui-ci nous a expliqué que l’hétérogénéité permettait aux plus "faibles" de progresser  de façon plus efficace que s'ils restaient avec des élèves de même niveau.
  • pas de sujet proposé par les collègues disciplinaires : j'ai réfléchi à des sujets pouvant les intéresser et restant liés à la vie du collège. 
            3 thèmes :
  • instruments de musique, 
  • capitale de pays francophones et anglophones, 
  • et ... des sports. 
8 groupes de 6 binômes, soit 48 sujets à trouver ... soit 16 sujets par thème.
Finalement, une classe, par un concours de circonstances, travaillent sur la lutte contre les discriminations à travers la découverte de chanteurs français engagés.

Distribution et lecture explicative du carnet de bord ; un support pour les tâches à accomplir et pour permettre aux élèves de connaître les compétences que j'évalue.
Ce carnet de bord donne les premières étapes pour leur recherche d'information : 
  • synonyme des mots trop compliqués si besoin (mais en fait inutile car les sujets sont compréhensibles pour tous)
  • questionner le sujet afin de connaître son besoin d'information. Je vous renvoie à l'article de l'année dernière pour ceux qui doutent de l'utilité de cette étape en 6°, notamment pour les élèves qui ont quelques difficultés d'autonomie et de compréhension.
  • réfléchir au(x) mot(s)-clé(s) (mots de la requête),
  • réfléchir à sa stratégie (là, j'ai triché car j'ai demandé à tous les élèves de commencer par un moteur de recherche afin de les évaluer)
  • sur l'ordinateur : faire un document de collecte* grâce au traitement de texte Open Office Writer : adresse URL puis copier-coller la phrase jugée pertinente par rapport à leur besoin d'informations mais également par rapport à leur sujet.
  • "enregistrer sous " : eh oui, je leur ai appris ...

Pédagogie de projet et paliers
Les élèves savent ce qu'ils doivent faire et avancent en autonomie. La recherche d"information doit leur permettre de réinvestir ce qu'ils ont appris lors des séances précédentes (voir séance 3 architecture d'un site Web et page d'accueil , séance 4 sur les clés d'accès, les séances sur le fonctionnement d'un moteur de recherche que je n'ai pas publiées ici séance 5 recherche et évaluation de l'information et de l'auteur). J'évalue les élèves au fur et à mesure de leur travail (page 2 de leur carnet de bord).
Ceux qui ont fini leur document de collecte peuvent passer à la seconde étape qui est le résumé puis la reformulation des phrases. Je passe de binôme en binôme pour leur expliquer ce qu'ils doivent faire ensuite, indépendamment du groupe voisin.
Comme l'année dernière, je fonctionne avec des "paliers" afin que les élèves en retard rattrapent toujours ceux qui sont en avance et que ces derniers ne s'ennuient pas en attendant les autres. Les paliers sont des moments où tous élèves quittent l'ordinateur pour travailler sur les mêmes compétences / fiche-outil. Les élèves en avance continuent ensuite leur travail avec les nouvelles consignes et compétences à mobiliser pendant que les autres (plus lents et que j'accompagne plus) finissent à leur rythme tout en sachant ce qu'ils devront faire ensuite.

Ainsi, lorsque le document de collecte est fini, les élèves peuvent continuer, selon leur rythme : 
  • résumer et reformuler les phrases avec leurs mots
  • organiser l"information
  • rédiger l'introduction et la conclusion (ou signature de l'information)
  • mettre en page (interligne 1.5 et police lisible taille 14)
Cette étape, selon les groupes-classes, a duré 1 à 2 heures.

1er palier : Écrire pour l'oral fiche 6-13
Cette phase marque un 1er palier : lorsque la majorité des élèves a fini la première étape, les faire arrêter leur recherche pour "se poser" 15' sur la re-écriture de leur article pour l'oral. (en 2012-2013, j'avais fait l'inverse : la lecture du journaliste et l'écrit qui expliquait le travail de la voix du journaliste. Cette année, je veux qu'ils aient entièrement fini la phase de l'écrit pour passer à la phase de l'oral)

Je n'ai fait que la partie "phrases courtes" : recherche des sujets, verbes et compléments d'objet de la phrase proposée puis création des 3 phrases.

Les élèves retournent ensuite à leur recherche (à finir) ou à la re-écriture de leur article. La phase écrite doit être finie pour passer au second palier.

J'ai changé de podcast par rapport à l'année dernière et me suis tournée vers France culture. J'ai rajouté la particularité du placement de la voix lors des points finaux. En effet, la lecture pour la radio n'a rien à voir avec la lecture scolaire où on demande aux élèves de marquer tous les points de fin de phrase. En radio, comme dans la vie, on ne baisse la voix que lorsqu'on a fini de parler ou lorsqu'on change de sujet. (podcast : "Mot à mot" de Antoine Mercier du 28 décembre 2013 sur le sujet "Selfie")

Fiche 6-15 en autonomie : Je sais lire à voix haute 
Je distribue cette fiche aux élèves qui ont fini leur travail sur l'article (ponctuation orale, répartition des phrases à lire entre les élèves, souligner les mots à accentuer). Cette fiche permet aussi de savoir sur quelles compétences ils seront évalués lors de l'enregistrement de leur chronique. Pour certains groupes-classes dont tous les élèves sont au même stade de travail, cette fiche peut être l'occasion d'un 3ème et dernier palier.


Bilan ? 
Je vais refaire les mêmes remarques que l'année dernière. Pour cela, je vous renvoie également à l'article Projet Radio 6°, séance 3 : Donner du sens à la recherche d'information.
  • réutilisation des séances (et donc compétences et connaissances) vues précédemment sur l'utilisation d'un moteur de recherche (certains élèves ont utilisé Google, d'autres Yahoo)
  • utilisation des clés d'accès à l'information dans un site Web (dont adresse URL, menu, moteur de recherche interne ...)
  • difficulté à savoir s'arrêter dans la recherche, d'où l'utilité du questionnement du sujet en 6° : j'ai toutes les réponses à mes questions donc je peux m'arrêter de chercher.
  • la pédagogie de projet permet de se concentrer sur les élèves qui sont en "difficulté" : certains n'avancent pas car ne lisent pas, tout simplement, d'autres ne comprennent pas ce qu'ils lisent. Je peux me concentrer sur eux et les aider. L'objectif de ce projet est d'évaluer les compétences à la fin de la création des chroniques et donc de leur faire acquérir des compétences tout au long de la création. Comme j'aide ces groupes, ils ne sont jamais très en retard par rapport aux autres. Tous les élèves arrivent à l'étape "entraînement à la lecture à voix haute" avec peu de décalage (30' maximum). De plus, les élèves en retard ont souvent un texte plus court que les autres et donc moins de travail écrit à retravailler que les autres.
  • C'est physique : aucun temps mort pour l'enseignant. J'accompagne les élèves en retard (en raison de difficultés ou de lenteur ou de paresse (ben oui ! Certains élèves attendent et ne font rien)), les motivant tel un coach au bord d'une piscine encourageant son nageur lors des jeux Olympiques ... et je vais voir ceux qui avancent vite pour leur donner les consignes suivantes et aussi, quelquefois, leur ajouter des difficultés pour les ralentir par rapport aux autres groupes (comme préciser une information)
  •  
Nouvelles remarques : 
        Le document de collecte* : "quoi ! la prof veut qu'on fasse du copié-collé !!!". Certains élèves, ayant certainement cru avoir mal entendu et lu, n'ont pas osé ... et ont fait du copié-collé en tapant le texte lettre par lettre, d'autres au stylo sur leur feuille. Autant le faire directement et franchement. Ce qui compte, c'est le travail de résumé et de reformulation ensuite. Copier-coller une information provenant d'un livre avec un stylo et une feuille, c'est pareil sauf que c'est long et ça fait mal au poignet. Associer le copier-coller de l'information au copier-coller de la source (adresse URL) est fondamentale. L'élève garde le lien entre la source et l'information prélevée et peut revenir la séance suivante sur sa source. Il comprend mieux ensuite comment lui-même se transforme en source d'information pour la chronique radio.
        La frustration : entre le début du projet radio (par la découverte du logo) et le début de la recherche d'information pour la chronique, 8 séances ont été menées (découverte du Web, Site Web, architecture, page d'accueil, signes passeurs, société Google et ses activités, fonctionnement du moteur de recherche, analyse de la page de résultats, évaluation de l'information publiée et des auteurs, découverte des radios en France, du site de la radio R d'Autan, de la radio elle-même et de son fonctionnement en tant que radio associative, création d'un PAD pour écrire toutes les notions à retenir). Les élèves semblent avoir été frustrés ... et, du coup, avoir eu envie de faire. La majorité des groupes a donc atteint le palier 1 en une heure seulement !
         Visualiser son objectif : Durant l'"attente" des 8 séances, j'ai fait écouter aux élèves, à plusieurs reprises, des chroniques réalisées par les élèves de l'année dernière afin de les aider à se représenter leur travail fini. L'idée était également de garder un fil rouge tout au long de cette attente.

* Document de collecte : articles à lire
Document de collecte  de Marion Carbillet sur docpourdocs
Document de collecte et recherche documentaire Prezi d'Hélène Mulot 

15/01/2014

La recherche d'information sur le Web ; une enquête médiatique

Projet radio 6°, 2013 - 2014 : séance 5  (2 heures)

Les séances précédentes (pas publiées ici car sans lien avec des podcasts ni le média radio):
     Cette séance suit une séance sur la découverte de la société Google et les produits qu'elle propose et que les élèves utilisent sans le savoir, associée à la découverte de l'histoire de la société Google (qui, quand, où, pourquoi ...). La séance suivante est axée sur le fonctionnement d"une des activités proposées par la société Google qui est le moteur de recherche éponyme, moteur que tous les élèves utilisent : spiders, indexation, classement, requête, pertinence selon Google, page rank, importance des liens hypertextes ...
Cette séance se finit sur ce texte à trous :
Le moteur de recherche propose des résultats que je dois ensuite trier et valider..

La séance 5 (5 sur ce blog mais 12 pour mes élèves) est donc axée sur cette dernière phrase.
Comprendre comment fonctionne un moteur de recherche me semble fondamental pour que les élèves comprennent que la recherche sur le Web se fait en deux temps : le travail du logiciel puis le travail de l'internaute.
L'autre idée est de faire comprendre aux élèves que la recherche sur le Web ne signifie pas immédiateté et facilité.
Cette séance se finit par deux recherches sur ce qu'est une radio associative et une chronique radio, en 2ème heure.

1ère heure

Objectifs :
  • Savoir lire une page de résultats de moteur de recherche
  • Savoir lire une adresse URL (niveau 6°)
  • Savoir évaluer la pertinence de l'information publiée sur un site Web
  • Savoir trouver des informations sur l(es) auteur(s) et évaluer leur fiabilité



Déroulement : 
Je fais une recherche sur un sujet du moment. En l’occurrence, nous étions quelques jours avant Noël donc, selon les groupes, j'écrivais la requête "histoire père Noël", "conte Noël" ...

1) La lecture de la page de résultats : 
- Que remarquez-vous ? comment se présente la page de résultats ?
Les élèves voient qu'il y a du bleu, vert et noir. Je vais sur Yahoo, Ask et on remarque que les mêmes couleurs sont utilisées pour présenter les résultats et que chaque couleur correspond à une information : bleu = titre de la ressource / vert = adresse URL  / noir = présentation, extraits de la ressource

On lit la fiche- outil et on fait l'exercice sur l'adresse URL. Je fais lire à haute voix les URL car cela facilité la compréhension et l'interprétation des élèves.

2) Évaluer le site
J'utilise une analogie.
Je demande aux élèves d'imaginer que le Web est un supermarché et qu'il y a un super vendeur appelé Google. Ils vont voir Google et lui demandent un jean bleu. 
- que va faire Google ? 
- il va chercher tous les jeans bleus qui sont dans le supermarché
- il va chercher les jeans bleus, taille 36, taille 46, bleu foncé, bleu clair, slim, droit bootcut, à 150 euros et à 5 euros. Que faites-vous ? 
- ben, on trie. On prend ce qui nous intéresse.
- Ensuite, que faites-vous ? Est-ce que vous allez payer et vous partez ?
- ben non ! on les essaye ! (le "ben" a été dit dans tous les groupes)

Évaluer un site Web revient à l'essayer. Pour des 6°, je trouve que c'est assez concret pour être compris. Si vous leur demandez ce que veut dire "évaluer", ils vous répondront "mettre une note". J'ai tenté de définir ce concept avec un groupe et les élèves n'ont pas réussi à sortir du jugement de valeur : c'est bien c'est mal. Ils ont été incapables de définir les processus de l'évaluation autrement que par  "mettre une note".

Nous remplissons le texte à trous sur la notion de pertinence qui a déjà été vue dans la séance sur le fonctionnement d'un moteur de recherche : 
pertinence : qui correspond à mon sujet de recherche et à mon niveau scolaire.
Nous remplissons le schéma de droite en utilisant la fiche sur les clés d'accès à l'information (séance 4 sur le blog), clés d'accès qui vont leur permettre de vérifier la pertinence de l'information et de trouver le ou les auteurs des informations publiées.

Explication concrète
Je reviens à ma page de résultats de Google du début d'heure et je fais la recherche avec le vidéo-projecteur en demandant l'avis des élèves. Les élèves lisent les résultats et les sélectionnent en ne s'aidant que des titres, adresses URL et présentations. Ensuite, je vais sur chacun des sites proposés par les élèves pour qu'ils évaluent le pertinence de l'information puis les auteurs... c'est long, c'est lent .... c'est bien ! 
Cette petite recherche sur l'histoire du Père Noël qui n'est pas une recherche pointue sur la physique quantique nécessite presque 15 minutes. Cela me permet de leur prouver (parce que leur dire ne sert à rien, ils n'y croient pas) que la recherche sur le Web demande du temps et de la patience . C'est une véritable enquête à mener en observant des indices.



2ème heure
La 2ème heure de la séance est basée sur un exercice concret que les élèves font par groupes de deux devant ordinateur, en mettant en pratique ce qu'ils ont appris la séance précédente. Les élèves effectuent deux recherches avec le moteur de recherche Google afin de comprendre ce qu'est une radio associative (mot trouvé dans la recherche précédente sur la radio R d'Autan) et ce qu'est une chronique radio, production qu'ils vont devoir créer.

Objectifs :
  • Savoir ce qu'est une radio associative
  • Comprendre pourquoi une radio associative ne peut proposer le même contenu qu'une radio commerciale (donc comment le financement du média influe sur le contenu proposé, niveau 6°)
  • Savoir ce qu'est une chronique radio


Il me semble que faire comprendre aux élèves que le financement d'un média influe sur son contenu est important. Pourquoi ne diffusons-nous pas les chroniques des élèves sur NRJ ? Pourquoi NRJ ne diffuse-t-elle pas des chroniques réalisées par des adolescents alors que les adolescentes l'écoutent ? La réponse est dans le mode de financement et dans l'objectif final de l'entreprise NRJ Group qui est à but lucratif (// radio associative, à but non lucratif). Une radio associative est libre dans le sens où elle n'a pas d'annonceurs à contenter et à rassurer, elle n'a pas d'auditeurs à compter pour s'assurer de sa pérennité et de la croissance de son budget, de ses fréquences et de sa zone d'écoute. Sensibiliser également les élèves à la richesse de contenus qu'apportent les radios associatives fait partie de la culture médiatique. Les médias ne sont pas que des entreprises mais aussi des espaces de liberté, de partages et d'expression où les élèves ont leur place parce qu'on la leur donne.

Bilan ? 

       Cette séance de 2 heures était initialement prévue sur une heure, l'ayant pourtant à peine modifiée par rapport à l'année dernière. J'ai pris le temps de bien expliquer, de bien répéter pour que cela soit bien compris. Évaluer l'information nécessite d'autres compétences que nous devrions faire acquérir aux élèves : savoir observer, savoir prendre le temps de chercher et savoir analyser l'"écrit d'écran". A réfléchir pour l'année prochaine où les 5 mois restants...

En ce qui concerne les recherches, la première a nécessité Wikipédia : occasion de parler des auteurs (qui nommer ? qui sont-ils ? comment le savoir ?). La seconde recherche a permis d'apprendre qu'une société pouvait être un auteur, il n'y a pas que des personnes physiques mais aussi des groupes de personnes, des entreprises, des ministères ... Il n'y a qu'un pas pour faire une séance sur la typologie des sites Web (DocpourDocs) et sur la typologie des autorités... (blog "Odyssée d'LN" d'Hélène Mulot)

        J'ai passé 3 heures sur le moteur de recherche Google avant d'arriver à la recherche sur la radio. Il a été nécessaire de contextualiser à chaque séance : vous apprenez à utiliser Google car vous en aurez besoin lors de votre création de chroniques radio. Pour les élèves, la radio, comme le Web, c'est dans l'instant, c'est immédiat. D'ailleurs, média rime avec immédiat ! La chronique, c'est parler dans un micro. La recherche, c'est cliquer sur le premier résultat de la page de résultats. Apprendre la lenteur, l'attente, la réflexion ... voilà une séance qui mériterait d'être mise en place et dont les compétences à mobiliser devraient être inscrites dans le socle commun.


06/12/2013

Leur faire penser à l'humain derrière le média

Projet radio 6°, 2013-2014 : séance 4

                   Cette séance est en continuité avec la séance 3 "site web, architecture et radio". Elle est basée sur l'étude du site Web de la radio qui diffusera leurs chroniques.
En 6°, les élèves ont peu conscience que le Web existe "grâce à l'homme", que si une information est publiée, c'est parce que, un jour, quelqu'un l'a rédigée puis publiée sur le Web. De même, lorsque les élèves sont devant un site Web, ils sont comme aveugles. Ils ne voient pas, n'observent pas que tous les sites ont des points communs : un lien vers la présentation de l'auteur, un lien vers l'entreprise qui a crée, un moteur de recherche interne, un lien vers des partenaires éventuels .... Connaître ces clés d'accès me semble être un premier pas vers l'évaluation (plus évoluée) de l'information sur le Web : savoir évaluer l'information mais aussi savoir évaluer l'auteur de cette information.
Cette séance, déjà faite l'année dernière a été modifiée pour y faire apparaître la part de l'humain dans le web.


Cette séance a plusieurs objectifs :
  • Connaître les clés d'accès à l'information dans un site Web
  • Différencier les clés d'accès à l'information sur les auteurs de celles sur l'information publiée sur le site Web
  • Penser à l'humain derrière le média Web 
  • Savoir identifier les liens hypertextes
  • Savoir prélever l'information 

Notions :
  • auteur (du site, de l'information publiée)
  • partenaire 
  • journaliste
  • animateur radio
  • lien hypertexte


    Les élèves tapent l'adresse URL de la radio qui est difficile car le nom est constitué d'espaces et d'une apostrophe. Une fois devant la page d'accueil, je rappelle ce qui a été abordé la semaine précédente : qu'est ce qu'un site Web et les objectifs de l'architecture du site pour ordonner les informations. Mais comment trouver des informations sur le site

Rappel du terme "clé d'accès à l'information" déjà vu lors du 1er trimestre pour les ouvrages documentaires.


Les clés d'accès à l'information sur les auteurs : 
1- Verbalisation  
- Qu'est-ce qu'un auteur ? 
- Quelqu'un qui écrit, qui crée
- Dans le cas du site Web, quels auteurs allons-nous trouver ?
Réponses données : 
  • celui qui a créé le site
  • celui qui écrit les articles
-  Il s'agit ici d'un site Web d'une radio, quels autres auteurs allons-nous trouver ?
- Ceux qui parlent à la radio (contrairement aux 6° de l'année dernières, beaucoup ne connaissaient pas les termes "animateur" et "journaliste". Cette séance a été l'occasion d'aborder ce vocabulaire)
- Ceux qui ont créé la radio, qui la gère
- les chanteurs qui diffusent sur la radio (j'ai répondu pourquoi pas ... ce sont en effet des auteurs)

2- Trouver les clés d'accès à l'information
- Baladez votre souris sur la page d'accueil et trouvez les clés d'accès, les liens hypertextes qui vont vous permettre de connaître les auteurs liés au site et ceux liés à la radio.
Ils me les dictent et je les écris au fur et à mesure au tableau

Les clés d'accès à l'information publiée sur le site:
- quelles clés, quels outils vont vous aider à trouver l'information recherchée sur le site ? 
Je les écris au fur et à mesure sur le tableau.








Afin d'associer ses clés à des "endroits" du site ainsi qu'à un vocabulaire plus adapté, nous les positionnons sur le site Web un par un, en faisant émerger le vocabulaire d'abord.
La barre d'outils du navigateur : cette barre d'outils appartient, pour la très grande majorité des élèves, aux sites, au Web voire même à Google. En leur faisant changer les pages Web, ils remarquent qu'elle reste toujours à la même place, seule l'adresse URL est modifiée. Je leur demande alors à quel outil cette barre peut appartenir puisqu'elle ne dépend pas du Web. (le terme navigateur a été vu la semaine précédente)
Moteur de recherche interne: les élèves trouvent le terme très rapidement



Exercice pratique : 
- Nous cherchons des informations sur l'histoire de la radio, ceux qui l'ont créée ... quel clés d'accès allons-nous utiliser ? 
- "R D'Autan ... qui sommes-nous" ? 

Nous répondons au questionnaire qui est le même que l'année précédente.
  • Qu'est ce que la radio XYZ?   (notions de radio associative, radio généraliste, indépendance dans le contenu)
  • Quand a-t-elle été créée ?
  • Pourquoi a-t-elle été créée ?   (notion de "passion" très importante dans les radios A)
  • Qui y travaille ?   (on aborde la notion de bénévolat)
  • Où se trouvent ses locaux ? 
  • Comment vas-tu écouter ta rubrique à la radio ?  (certains élèves ne savent pas comment sélectionner une fréquence sur une radio, c'est l'occasion, pour les groupes en avance de faire un schéma sur le circuit des ondes hertziennes de la station de radio jusqu'au poste de radio ... et de leur dire -toute fière de relier son explication aux programmes du collège- qu'ils en apprendront plus en 3° en physique-chimie) 

Bilan ?
            Cette séance 4 aurait pu être abordée autrement : comparaison de plusieurs pages d'accueil de site Web pour trouver les points communs et les "lieux" du site Web où ils sont le plus souvent positionnés. 
De même, j'aurais pu remplacer "auteur" par "autorité" que je trouve trop compliqué pour des 6° et difficile à relier à une représentation sémantique qui les aiderait.
J'utilise le terme "clés d'accès" qui pourrait être remplacé par "repères de navigation" ou un autre ... car je l'ai déjà utilisé pour les ouvrages documentaires. Un livre a un auteur, un titre, un sommaire, un éditeur, une date .... et contient des informations, comme un site Web. Un livre a des pages, comme un site ... 
J'utilise, du mieux que je peux, des comparaisons avec ce qu'ils connaissent afin de les aider à créer des images mentales liées aux mots que j'utilise et ainsi les aider à en comprendre le sens.

              En sortant de cette séance ainsi que de la séance 3, mon envie était que les élèves aient pris conscience qu'un site Web est à la fois de l'information et de l'humain, que sans homme, il n'y a ni information, ni média. Pour la radio, cela leur semble évident car ils entendent la voix et la présence humaine est ainsi prouvée.
L'idée était également de leur faire découvrir la radio par son histoire, après l'avoir découverte par son image/séance1 et  son site Web/séance 3.
La prochaine séance sur la radio permettra de comprendre le financement de la radio associative et donc, en quoi elle est indépendante.
Cette radio a le même âge qu'eux cette année.